HARDINGHEN
 Beau circuit de randonnée 10 km  2h30
Se renseigner au café Nacry "le lion d'or" près de l'église.

Superficie : 824 hectares
Population : 1020 habitants
Résidences principales : 350
Résidences secondaires : 8
Exploitations agricoles : 19

Ecole publique (primaire et maternelle)
Rue Maurice BROUTTA
Cantine
Tél 03 21 85 01 38

privée St Joseph (primaire et maternelle)
1 rue Verrerie
Cantine et Garderie
Tél 03 21 82 11 02

Mairie
rue de l'église - 62132
Tél  03 21 85 01 29
 Fax 03 21 82 61 24


 

Le Blason officiel de la Commune d'Hardinghen
représente, en termes héraldiques, sur l'une de ses diagonales, les armes de la famille des DESANDROUINS, attestées en 1701 "d'or à trois belettes ou fouines de gueules passantes l'une sur l'autre", sur fond or. Sur l'autre diagonale se trouvent les armes des seigneurs de Fiennes, représentées par le lion de sable, noir, sur champ d'argent.

Ce Blason a été agréé par la Direction Départementale des Archives du Pas-de-Calais, et officialisée par une délibération du Conseil Municipal de la Commune d'Hardinghen en date du 3 avril 1992.


L'exploitation des mines de charbon à Hardinghen commença vers 1863. Une première en France ! L'extraction avait lieu à ciel ouvert, au lieu-dit "les plaines".
10 000 tonnes de gaillettes sortaient des veines, chaque année. Le charbon d'Hardinghen approvisionnait les foyers des grandes villes environnantes et la verrerie des frères Desaudrouin, sise à Hardinghen.

L'aventure minière devait se terminer à la fin du 19ème siècle, entraînant la fermeture de la verrerie. Une page était tournée et Hardinghen allait devenir un tranquille bourg de campagne, apprécié des vacanciers.

Hardinghen est aussi appelée "la Commune Château"

Le Château de la Verrerie est devenu une confortable maison de retraite, tenue par les Soeurs Dominicaines. Le Château a connu son heure de gloire dans les années 60. A l'époque, il accueillait des fillettes qui suivaient un enseignement privé ;
l'une d'elles se nommait Belmondo. Elle était la fille de notre Bébel national qui l'emmenait de temps en temps le samedi matin.